«Ils doivent être proches du maire» - Labeaume

Véronique
Véronique Demers
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Citoyens de Saint-Augustin dénonçant la quote-part élevée

Invité à réagir aux déclarations des citoyens dénonçant la hausse marquée de la quote-part d’agglomération que doit verser Saint-Augustin-de-Desmaures à la Ville de Québec, Régis Labeaume croit que ces Augustinois sont proches du maire Corriveau politiquement.

Le maire Labeaume affirme n’être pas dupe des citoyens de Saint-Augustin-de-Desmaures ayant dénoncé lundi matin la hausse «déraisonnable» de la quote-part d’agglomération. «Ils doivent être proches du maire. Ça sent les élections», a-t-il résumé. (Photo Véronique Demers)

«On n’est pas dupe. Ils doivent être proches du maire. Ça sent les élections. Le maire (de Saint-Augustin) envoie d’autres personnes pour mettre ça sur le dos de la Ville de Québec. On va voir la même chose à L’Ancienne-Lorette, vous allez voir», a commenté Régis Labeaume.

Quant à la demande des Augustinois de diminuer la quote-part d’agglomération, le maire de Québec dit les comprendre, mais les invite toutefois à expliquer comment seront défrayés les coûts de ces dépenses. «Saint-Augustin-de-Desmaures et L’Ancienne-Lorette paient les services qu’ils auraient dû payer depuis toujours», a-t-il conclu.

À lire aussi: Haro sur la quote-part de Saint-Augustin

Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Québec Hebdo

Lieux géographiques: Saint-Augustin, L’Ancienne-Lorette, Labeaume Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • pagerry3
    07 mai 2012 - 23:05

    Encore un langage de petitesse et de mesquinerie. Labeaume est sans vision et sans raison. Arrogant sans limite, il réagit encore et toujours comme un char d’assaut. Il se fait toujours des ennemis jurés de ceux et celles qui ne pensent pas comme lui. Dictateur comme il ne s’en fait plus, avec sa langue-couteau et son langage-rasoir de crâneur, il invective, insulte et injurie. Au pire, nombre de québécois et d’étrangers pensent que les citoyens de la Capitale nationale le portent aux nues, alors qu’au contraire nous sommes gênés, pour ne pas dire écœurés de ce robot sans savoirs, sans savoir-faire, sans savoir-être, sans élégance, sans raffinement et sans éducation. C'est pour quand, sa pelure de banane et le retour à la respectabilité et à l’honorabilité?