Intérêt mitigé envers les sciences

Véronique
Véronique Demers
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Vox pop à l’école Joseph-François-Perrault

Le Québec Hebdo a interrogé quelques élèves de 2e secondaire de l’école Joseph-François-Perrault, à Québec, afin de mesurer leur intérêt potentiel pour embrasser une carrière scientifique. Bien qu’elles fassent partie du club des sciences, elles hésitent toutefois à entrevoir une carrière.

Rosy-Ann Desjardins, membre du Club des sciences depuis sa 1ère secondaire, s’intéresse aux expériences scientifiques particulièrement pour observer les résultats.

De son côté, Alexandra Larrivée est motivée à découvrir de nouvelles notions dans les activités organisées par le Club. «On fait plein de choses qu’on apprendrait seulement en 5e secondaire. Lors des évaluations, on sait donc mieux s’y prendre. L’an dernier, on a disséqué un ouaouaron pour voir les différentes parties de son anatomie. Je vais peut-être avoir un métier scientifique, mais en même temps, ce n’est pas mon objectif de faire les mathématiques et la chimie forte. On va rencontrer les orienteurs en 3e secondaire», détaille-t-elle.

Pour Colombine Lord, l’intérêt envers les sciences est plus marqué. Elle travaille à élaborer un projet pour l’Expo-sciences portant sur la science médico-légale. «Je développe ce projet au Club des sciences, où l’on peut tous s’entraider. En ce moment, j’aimerais devenir criminologue, pour le côté psychologique et l’analyse», soutient-elle.

Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Club des sciences, école Joseph-François-Perrault, Québec Hebdo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires