Les collèges québécois offrent une éducation de qualité

Joany Dufresne
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Cinq ans après avoir commencé son évaluation sur l’application des politiques d’évaluation des apprentissages dans les institutions collégiales du Québec, la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial a présenté son rapport final hier. Elle conclut que les collèges québécois effectuent des évaluations des apprentissages de qualité.

Michel Lauzière, président de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial, a expliqué l’entièreté du rapport en compagnie du commissaire Richard Pigeon.

«Les collèges ont mis en place des mécanismes qui assurent la qualité de l’évaluation des apprentissages, permettent aux étudiants d’avoir des évaluations justes et équitables et contribuent à la reconnaissance de la valeur des attestations et des diplômes émis», affirme le président de la commission, Michel Lauzière.

Ces mécanismes auxquels réfère la Commission sont les divers examens offerts au cours d’une session, l’épreuve synthèse du programme, les plans de cours, la prise en charge des compétences et la reconnaissance des acquis.

Le rapport synthèse intitulé L’application des politiques institutionnelles d’évaluation des apprentissages – Pour des évaluations justes et équitables présente les démarches employées et les résultats obtenus par la commission à la suite d’une évaluation effectuée dans 98 établissements publics et privés soumis au régime des études collégiales.

Elle avait le mandat d’évaluer les politiques institutionnelles d’évaluation (PIEA) incluant les apprentissages et les programmes d’études et leur application.

Pour ce faire, elle s’est assurée que les collèges assumaient ses responsabilités conformément à la PIEA et qu’ils atteignaient les objectifs décrits dans cette même politique. Elle s’est aussi penchée sur la reconnaissance des acquis scolaires et extrascolaires, l’application de la politique relative à l’emploi et à la qualité de la langue et l’auto-évaluation et la révision de la PIEA.

Les analyses de la commission se sont basées sur les auto-évaluations réalisées par chacune des institutions collégiales concernées. Par cette démarche, qui est adoptée par les agences d’assurance qualité en enseignement supérieur à travers le monde, les collèges ont pris conscience des éléments qu’ils devaient améliorer pour fournir une meilleure éducation aux étudiants.

«En invitant les collèges à réaliser cette évaluation, la Commission a inscrit l’exercice dans un processus dynamique qui contribue à l’amélioration continue et constante de la qualité de la formation collégiale», conclut le président.

Membre du Groupe Québec Hebdo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires