Le dossier du pont de Québec avance, croit Pascal-Pierre Paillé

Nicolas
Nicolas Bégin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dépôt d’une motion à la Chambre des communes

Parole du député fédéral de Louis-Hébert, l’épineux dossier du pont de Québec progresse. Pascal-Pierre Paillé a dernièrement déposé une motion pour demander au gouvernement Harper de reprendre possession de l’infrastructure et de terminer les travaux de réfection au plus vite.

Le dossier du pont de Québec avance, croit Pascal-Pierre Paillé

Si le gouvernement en place résiste aux possibilités de renversement, les membres de la Chambre des communes pourraient débattre de la question en novembre prochain.

Entre temps, le Canadien National se dit prêt à céder le vieux pont pour la somme symbolique d’un dollar, mentionne-t-il. Environ 40% des travaux ont été complétés dans le passé. La facture du 60% atteint 95 M$, évalue le Bloc Québécois. «C’est une somme considérable, mais ma motion sera votée en Chambre, précise-t-il. Je ne m’attends pas à ce que le gouvernement vote pour, mais je ne verrais pas pourquoi les deux partis d’opposition voteraient contre. S’ils votent contre, ils auront l’odieux de justifier leur décision et de répondre du fait qu’ils ont refusé de faire avancer le dossier.» «Si le dossier judiciaire se poursuit pendant encore une dizaine d’années, ça ne change rien à la poursuite. Si le juge décide que le CN est responsable, le gouvernement n’aura qu’à lui envoyer la facture. Si le gouvernement est responsable, on économise si on tient compte du fait que plus on attend, plus ça coûte cher.»

En plus de permettre l’achèvement des travaux, le gouvernement pourrait aussi en profiter pour améliorer l’éclairage du pont, croit-il. C’est sans parler de la concrétisation du prolongement de la promenade Samuel-De Champlain à Québec et du projet de monument à la mémoire des travailleurs décédés lors de la construction, du côté de Lévis. «C’est un bel objectif de penser à terminer les travaux pour le 100e anniversaire soit pour 2017, pense M. Paillé. On pense que ça pourrait être réaliste.»

Secteur militaire à Sainte-Foy

Le député Pascal-Pierre Paillé se préoccupe de l’avenir des terrains de la Défense nationale de Sainte-Foy, derrière les centres commerciaux. Un projet de construction d’un manège militaire flotte en ce moment dans l’air.

Le hic, c’est que le ministère de la Défense nationale peut bâtir sans demander la moindre autorisation à la Ville de Québec, explique l’élu, lequel souhaite néanmoins la protection du boisé Saint-Denys. «On veut s’assurer que le gouvernement ne liquidera pas non plus les terrains au promoteur qui lui offrira le plus d’argent dans le but de limiter le déficit actuel. On ne veut pas que les citoyens soient pénalisés.»

Colisée, dédouanement et Super Peps

Questionné au sujet du Super Peps, le député Paillé croira à la concrétisation du projet lorsqu’il verra la première pelletée de terre. Les plans et devis devraient être disponibles au printemps 2010. Le dossier suit son cours pour l’instant.

À l’échelle régionale, l’élu s’intéresse à la construction d’un nouvel amphithéâtre sportif. Il veut s’assurer de voir le gouvernement canadien s’engager financièrement dans l’aventure sur la place publique.

Enfin, Pascal-Pierre Paillé travaille à l’arrivée d’un centre de dédouanement à l’Aéroport international Jean-Lesage. À son avis, ce projet prend encore plus d’importance à l’heure à laquelle le maire Labeaume et quelques-uns de ses homologues parlent de train à grande vitesse (TGV) entre Québec et Windsor.

Organisations: Chambre des communes, Canadien National, Bloc Québécois Défense nationale de Sainte-Foy Ministère de la Défense nationale

Lieux géographiques: Pont de Québec, Promenade Samuel-De Champlain, Lévis Boisé Saint-Denys Windsor

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Luc Côté
    19 juillet 2010 - 12:41

    Récemment, le Maire Régis Labeaume a prétendu pouvoir convaincre un actionnaire du CN (M. Bill Gates de Microsoft) de payer la restauration complète du pont de Québec. Son annonce me semble complètement incompatible avec la réalité puisque c'est de juridiction fédérale et devant les tribunaux.