Élise Marcotte aux Jeux olympiques de Londres 2012

Joany Dufresne
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Teint bronzé, yeux pétillants et un sourire inébranlable, Élise Marcotte est visiblement excitée à l’idée de vivre ses deuxièmes Jeux olympiques. De retour d’un camp d’entraînement à Aruba, elle nous parle de ce qu’il l’attend pour les prochains mois.

Élise Marcotte participera à ses deuxièmes Jeux olympiques cet été à Londres.

À lire aussi: Élise Marcotte, présidente d'honneur des Championnats des divisions de l'Est et de l'Atlantique présenté à Québec

Son teint doré, ce n’est pas à Montréal qu’Élise l’a acquis, mais bien en passant plus de 7 heures par jour dans une piscine dans cette île des Caraïbes qu’est Aruba. Durant trois semaines, elle et ses compagnes de l’équipe nationale canadienne en nage synchronisée ont travaillé sur le perfectionnement des routines qu’elles présenteront aux Jeux olympiques de Londres cet été.

«On est vraiment satisfaite de notre camp d’entraînement. On s’était fait une liste d’objectifs qu’on voulait atteindre là-bas et on a vraiment tout accompli, même plus», confie-t-elle.

De retour à Montréal, la formation canadienne de 12 nageuses, qui sera composée de 9 filles seulement à Londres, poursuivra ses entraînements jusqu’aux qualifications olympiques.

Qualifiées grâce à leur victoire aux Jeux panaméricains, les Canadiennes se rendront à Londres pour voir leurs rivales se tailler une place pour les jeux. Elles profiteront de l’occasion pour noter les bons coups de leurs adversaires et pour modifier leurs routines en conséquence lors de leur dernier camp d’entraînement.

«On est ouverte à s’ajuster c’est évident. On veut aller chercher une médaille. On veut arriver avec les meilleures performances possible donc, on va aller voir ce qu’elles font et on veut faire mieux», affirme l’athlète de L’Ancienne-Lorette.

Classé parmi les quatre favoris avec la Russie, la Chine et l’Espagne, le Canada surveillera attentivement les Russes et les Espagnoles qui n’ont pas réussi à s’assurer d’une participation aux J.O.

Une place bien méritée

Bien que les dernières coupures dans l’alignement canadien n’ont pas encore été effectuées, Élise est certaine d’être de la délégation. Évoluant en duo avec Marie-Pier Boudreau Gagnon, elles se sont qualifiées pour les olympiques. Et comme un pays ne peut présenter qu’un duo, elles sont toutes deux obligatoirement sélectionnées.

Elles pourront ainsi présenter une chorégraphie à laquelle elles ont contribué à la confection. «C’est le fun parce qu’à la compétition, on va aller faire la routine que nous avons inventée et ce n’est pas toujours comme ça dans les autres pays, explique Élise. Ils se font proposer des affaires souvent tandis que nous, ça vient de notre cœur. Ce sont nos idées, c’est notre tête, c’est notre vécu. C’est le fun pour ça au Canada de la manière que l’on fonctionne.»

Membre du Groupe Québec Hebdo

Lieux géographiques: Londres, Montréal, île des Caraïbes Canada L’Ancienne-Lorette Russie Chine Espagne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires