Les hélicos font encore jaser à L'Ancienne-Lorette


Publié le 15 mai 2017

Depuis plusieurs années, les hélicoptères importunent les résidents de L'Ancienne-Lorette.

©(Photo Depositphotos/ungorf)

TRANSPORT. Les hélicoptères importunent toujours les citoyens de L'Ancienne-Lorette, si bien qu'une rencontre a été organisée pour discuter de la situation entre la Ville, les citoyens et les principaux organismes concernés.

Selon le conseiller municipal Gaétan Pageau, responsable du dossier de la pollution sonore et des hélicoptères, cette rencontre revêtait un caractère bien spécial, comme c'était la première fois que l'ensemble des acteurs étaient présents autour de la table de discussion.

«C'est sûr qu'il y avait de l'émotivité, raconte M. Pageau. Les gens sont fatigués, ils se sentent agressés dans ce dossier-là.»

«Le but premier de la rencontre, c'était de faire voir aux gens de l'aéroport, que ce soit Capitale Hélicoptère, ou l'aéroport, ou NAV Canada, qu'ils dérangent du vrai monde», lance d'emblée le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger. Ses citoyens ont été nombreux à se déplacer à la rencontre de la semaine passée pour exprimer leur mécontentement.

«Je voulais en même temps que les citoyens sachent qu'il y a des efforts qui se font, ils ne les sentent pas encore, mais il y en a, ajoute toutefois M. Loranger. Ce n'est pas miraculeux à date, mais ça va aller en s'améliorant.»

Demandes de la ville

Le conseiller Gaétan Pageau a énuméré plusieurs demandes formulées depuis l'automne dernier au comité consultatif sur le climat sonore de l'aéroport international Jean-Lesage de Québec. Parmi celles-ci, on demande notamment à ce que L'Ancienne-Lorette entre dans les zones à éviter pour le survol d'hélicoptère, «au même titre que la rive-nord du lac Saint-Augustin», explique-t-il. On veut également faire cesser les vols stationnaires au-dessus du complexe et modifier la procédure de décollage lorsque les vents viennent de l'est. «Les hélicoptères sont très bas et juste au-dessus des têtes des voisins de l'aéroport», explique M. Pageau.

Depuis l'automne dernier, le chemin qui passait au-dessus de l'église de L'Ancienne-Lorette a été quasiment éliminé, selon M. Loranger. «On peut penser que ce sera réglé», croit-il. Toutefois, c'est la piste qui passe par le secteur du chemin de fer qui reste problématique. «La piste qui longe la voie ferrée, elle est utilisée, mais de façon plutôt large», explique le maire.

«La vraie solution, c'est de déménager l'héliport, de l'enlever de là et de le reculer.» Le maire conçoit que les coûts d'une telle manœuvre peuvent être élevés, tout comme ça peut changer les habitudes du Complexe Capitale Hélicoptère. «Ça, je m'en fous éperdument», fait-il savoir.

Le conseiller municipal et le maire s'entendent pour dire que la balle est désormais dans le camp des autorités aéroportuaires.

La problématique de la pollution sonore causée par les hélicoptères ne date pas d'hier. Même si des hélicoptères décollent de l'aéroport depuis plusieurs années, c'est seulement en 2014 que le problème s'est intensifié avec l'arrivée du Complexe Capitale Hélicoptère non loin des quartiers résidentiels de L'Ancienne-Lorette.