Sections

Coûteuse mise aux normes sur de la Butte et Tessier à Saint-Augustin


Publié le 8 août 2017

Les travaux de prolongement des infrastructures souterraines pourraient débuter dès l'été prochain sur le chemin de la Butte et sa continuité vers la route Tessier.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

VOIRIE. Faute d'avoir pu se prévaloir d'une aide gouvernementale, la Ville de Saint-Augustin a dû se résigner à emprunter la totalité de la somme pour entreprendre des travaux de mise aux normes environnementales sur le chemin de la Butte et la route Tessier. Résultat : les propriétaires riverains devront assumer la facture.

Le sujet a fait grincer des dents plusieurs citoyens venus déplorer la situation lors des récentes assemblées du conseil municipal. Qu'à cela ne tienne, les élus ont été contraints d'adopter un règlement d'emprunt de 2,1M$ en prévision du prolongement du réseau d'aqueduc sur de la Butte, ainsi que celui du réseau d'égout sur la longueur de l'artère incluant sa jonction avec Tessier. S'ajoute un emprunt de 765 000$ pour la construction d'une chambre de réduction de pression, un conduit de refoulement et le pavage.

Ce qui fait rager les citoyens concernés par les travaux, c'est que la Ville n'a pu inscrire à temps cet important chantier au Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU). Le généreux programme fédéral-provincial offrait pourtant une aide financière pouvant atteindre jusqu'à 83% de la facture pour la réfection des infrastructures souterraines.

Les conseillers se gardent bien de rejeter le blâme sur quiconque. «Toutefois, confirme France Hamel, il est certain que le fait que l'administration municipale avait plusieurs postes clés à combler l'an dernier n'a pas aidé au suivi des affaires courantes.» En plus des effectifs réduits, le maire Sylvain Juneau ayant de la parenté touchée par ce projet, il s'est abstenu de toute intervention dans ce dossier. Autant de circonstances défavorables qui se sont accumulées.

Taxes de secteur

Les propriétaires riverains devront s'acquitter de taxes de secteur.

Bref, la demande tardive des fonctionnaires s'est butée à une enveloppe budgétaire épuisée. Cela fait en sorte que les contribuables qui profiteront des améliorations devront payer des taxes de secteur. En fonction de la nature des travaux, celles-ci pourraient s'élever à 1600$ pour l'aqueduc et 3500$ pour l'aqueduc et égout.

Ces montants s'ajouteront annuellement à celui des taxes municipales régulières, et ce, pour les 20 prochaines années. «En contrepartie, précise M. Juneau, les propriétaires évitent des frais équivalents pour le traitement des eaux usées et possiblement davantage pour le remplacement des fosses septiques aux normes actuelles.»

Maintenant que les règlements d'emprunt ont été adoptés au conseil, la prochaine étape dans cette affaire sera l'ouverture des registres. Cela ne se fera pas avant le retour des vacances, d'ici la fin de l'été. S'il n'y a pas obligation de tenir un référendum, les travaux devraient débuter à l'été 2018, afin que Saint-Augustin se conforme rapidement aux exigences du ministère de l'Environnement.

TC Media