Des kilomètres d’archives enfouies au Casault de l’Université Laval

Un lieu de mémoire des ministères à Québec


Publié le 22 novembre 2013

À bord des quatre étages de conservation du centre d’archives de Québec, au pavillon Louis-Jacques-Casault de l’Université Laval, circulent 16 kilomètres d’archives, si elles sont mises bout à bout. Le «capitaine» du centre, Rénald Lessard, s’occupe de coordonner la diffusion de ces masses documentaires.     

«On a beaucoup réduit et compressé les documents dans les 10 dernières années, mais actuellement, on est pleins, au point où il a fallu stocker 8 km d’archives au Complexe scientifique de Québec. On conserve les choses les plus en demande ici», résume Rénald Lessard, archiviste-coordonnateur de la section diffusion du Centre d’archives de Québec de Bibliothèques et archives nationales du Québec (BANQ).

Depuis la loi sur les archives de 1983, une gestion rigoureuse du passé des ministères et organismes publics est effectuée. «On possède notamment la correspondance scolaire et des photos anciennes de Jean Charest», souligne l’archiviste-coordonnateur. Le centre de Québec possède sur ses tablettes les documents des ministères dont le siège social est à Québec. À Montréal, ce sont les archives judiciaires et notariales.

Les ancêtres de Pénélope McQuade à Québec

La Semaine nationale de la généalogie, du 23 au 30 novembre 2013, se déroule pour la deuxième année. Pour souligner l’événement, le centre d’archives de Québec organise un après-midi portes ouvertes le 30 novembre.

De plus, le même jour, sera diffusée l’émission «Qui êtes-vous?», sur les ondes de Radio-Canada. L’épisode du 30 novembre est consacré à Pénélope McQuade. Les recherches sur ses ancêtres la mènent à Québec, où M. Lessard a collaboré à la généalogie de la vedette du petit écran.

Comme le souligne l’archiviste-coordonnateur, pas besoin d’être un chercheur ou faire partie de l’élite pour venir au centre d’archives de Québec. La recherche en généalogie est accessible à tous, en autant qu’on y mette du temps et des efforts. Les membres du personnel s’avèrent de précieux conseillers à la recherche.

«Pendant longtemps, on a reçu les registres de l’état civil, comme des contrats de mariage, judiciaire, et de la généalogie. Il est possible de remonter jusqu’à 13 générations», indique M. Lessard. On peut presque revenir au début de la colonie en Nouvelle-France.

Bon an, mal an, le centre d’archives de Québec reçoit 12 000 visites.

Groupe Québec Hebdo.

Le centre d’archives de Québec est situé au Pavillon Louis-Jacques-Casault, au 1055, avenue du Séminaire. Information: www.banq.qc.ca

Portes ouvertes au centre d’archives de Québec

Samedi 30 novembre 2013

12h à 13h: Le pavillon Casault, pôle d’excellence en généalogie

13h à 14h: À la recherche des ancêtres de Pénélope McQuade

14h30 à 16h: Où demeuraient nos ancêtres (cartes, arpentages, recensements)