Même peine pour avoir participé à la même invasion de domicile


Publié le 31 mars 2017

Porte de prison.

©(Photo TC Media - Archives)

TRIBUNAL. Le juge Christian Boulet a envoyé Bobby Ouellette derrière les barreaux rejoindre l'entrepreneur en construction Jean-Marc Tremblay, pour sa participation violente à l'invasion de domicile que ce dernier avait commandée, en mai 2015 à Saint-Augustin, contre un client qui lui devait de l'argent. Le gaillard de 31 ans a lui aussi été condamné à une peine de 6 ans de pénitencier.

Ouellette faisait face à une kyrielle d'accusations, dont des voies de fait sur le couple occupant, des méfaits de plus de 5000$ et des menaces de brûler un bâtiment. Il a été l'exécutant du complot ourdi par Tremblay, afin de récupérer la modique somme de 4000$. L'homme à la musculature imposante avait fait passer un mauvais quart d'heure à ses victimes, occasionnant de multiples sévices à l'homme en plus de causer pour plus de 80 000$ de dommages à la résidence. Deux complices sont toujours au large.

L'affaire a pris une ampleur démesurée après qu'un différend se soit instauré entre son patron et Vital Lévesque, qui lui a donné un contrat autour d'une bière dans un bar. Le projet de rénovation a évolué vers celui d'une construction neuve. En cours de chantier, les travaux ont été arrêtés parce que l'entrepreneur ne détenait pas les permis requis. Il en est résulté une amende de 7000$ que Tremblay voulait se faire rembourser. Désireux de quitter son rôle de portier pour se réorienter vers la construction, Ouellette s'était porté volontaire pour collecter les sommes dues.

Se pointant au petit matin chez le couple Lévesque-Vautour, les trois assaillants commandités par Tremblay ont brutalisé les occupants et saccagé leur maison. La femme a subi un violent choc nerveux étant notamment pourchassée dans sa demeure et menacée d'être violée. Son mari a de son côté été tabassé à coup de bâton de baseball et laissé pour mort avec un sévère traumatisme crânien, ainsi qu'une main et un genou fracassés.

Peine mitoyenne

La peine de 6 ans de pénitencier prononcée par le juge Boulet s'est avérée mitoyenne entre les suggestions des parties. En Défense, l'avocat Me Dominic Renaud avait soumis 4 ans et demi, tandis que la Couronne représentée par le procureur Me Daniel Bélanger réclamait 8 ans de détention. En soustrayant la détention préventive, il reste 39 mois à purger par Ouellette.

Dans sa décision, le magistrat a tenu compte des facteurs aggravants, dont les nombreuses séquelles physiques et psychologiques infligées aux victimes. Il a aussi considéré comme facteurs atténuants les remords et regrets prononcés par l'accusé, de même que son désir de se reprendre en main. À cet égard, le prévenu a commencé une formation en construction et entend retourner vivre dans son patelin familial.

Lire l'article portant sur la peine imposée au commanditaire de la violente invasion de domicile...

TC Media