Sections

Le Parti vert du Québec intervient dans le dossier Anacolor

Publié le 10 avril 2018

Tribune libre.

©(Illustration TC Media - Archives)

De nombreux résidents du secteur Cap-Rouge dans la ville de Québec se battent depuis des années pour avoir une qualité d’air sain. Votre gouvernement s’est engagé à régler le problème lors de l’élection partielle dans Louis-Hébert et cela serait grandement apprécié par les citoyens du secteur et par nous, le Parti Vert du Québec. Nous suivons ce dossier de près.

Je vous écris aujourd’hui au sujet de nombreux documents clés que notre équipe de recherche n’arrive pas à consulter.
Notamment, les rapports des deux caractérisations de l’air ambiant réalisés par le Centre d’expertise en analyses
environnementales au Québec, en juin 2014 et 2015.

Les résultats des analyses contenus dans les documents en question sont des documents clés. Ces informations sont
nécessaires afin de permettre aux citoyens de se faire une opinion sur les risques relatifs à leur santé. Ils ont suivis le
processus de demande d'accès à l’information auprès de votre ministère mais sont sans réponse et ce depuis plusieurs
mois suite à la demande.

La situation à Cap-Rouge mérite d'être rapidement adressée par le gouvernement du Québec. Le principe de précaution
est actuellement absent dans les lois environnementales du Québec. Les citoyens sont tenus de prouver, hors du doute
raisonnable, que leur santé a été affectée par les émissions provenant de l’entreprise. Non seulement les citoyens sont
obligés de tomber malade pour avoir une chance d'arrêter la pollution de leur quartier, mais aussi de se battre pour
accéder aux informations et données détenues par votre ministère, afin d’obtenir justice.

Afin de protéger la santé des citoyens, je vous encourage fortement à poser les gestes suivants dans les plus brefs
délais:
● Intervenir afin que toutes les informations, documents et rapports leurs soient transmis sans délai
● Modifier la Loi sur la qualité de l'environnement afin d'entériner le principe de précaution
● Modifier la Loi sur la qualité de l'environnement afin de permettre la fermeture instantanée d’une entreprise
quand les inspecteurs jugent que celle-ci n’est pas en conformité avec la loi
● Doter le ministère de l'environnement d’un meilleur équipement d'échantillonnage et d’analyse de la qualité
de l’air
● Procéder, sans préavis, à la prise d'échantillons, à la source des émissions de l’entreprise, c’est-à-dire au
niveau de l’évacuation des fumées, et publier les résultats sans délais

Quant à la possibilité d’utiliser les fonds des contribuables pour payer le déménagement de l’entreprise, nous vous
encourageons fortement de ne pas privilégier cette option. Ce geste engendrera un effet boule de neige, où les
entreprises ne respectant pas la Loi sur la qualité de l'environnement se verront récompensées pour leurs manque de
conformité.

A titre de nouvelle ministre de l'Environnement, je vous encourage fortement à passer à l’action dans ce dossier avant
les prochaines élections, afin de protéger vos citoyens. De plus, je recommande à votre parti de prioriser la santé des
individus et non pas les profits d’une entreprise privée qui ne respecte ni la Loi sur la qualité de l’environnement, ni le
bien-être des riverains et des enfants scolarisés à proximité de l’usine.

Le dossier est sous votre responsabilité, je vous encourage à prendre vos responsabilités dans les plus brefs délais.
Je vous prie d’agréer, Madame la ministre, mes salutations distinguées.

Alex Tyrrell, chef du Parti Vert du Québec